Histoire (suite)

← Retour

Comme de nombreuses sociétés musicales, l’Harmonie de Sète n’échappera pas à une nouvelle période d’interruption consécutive au deuxième conflit mondial…

En 1947, elle prend le titre d’Harmonie municipale.

En 1963, après quelques années sans activité continue, l’Harmonie se réorganise, encouragée par son président, Pierre Arraut, maire de la ville. Joseph Marchi, directeur du Conservatoire, devenait chef de musique. Son successeur André Simien assurera la direction de l’Harmonie pendant neuf ans.

L'Harmonie de Sète sous la direction d'André Simien, devant le kiosque Franke, en octobre 1988

A partir de 1986, à la suite de Maurice Curabec, son président très actif, René Galy, soutenu par les maires successifs, tissera des liens entre les musiciens animés par la passion et les spectateurs qui apprécient la musique de qualité. Sous son impulsion, verront également le jour un Big Band et un ensemble de style bavarois Edelweiss. Michel Rieux lui succède au tournant du siècle comme président.

Programme du concert de la Sainte-Cécile 1989 Programme du concert de la Saint-Cécile 1990 Programme du concert de la Saint-Cécile 1991

Bernard Delpy, actuel directeur du Conservatoire, dirigea un temps l’Harmonie, mais devant le nombre croissant d’élèves et ses importantes responsabilités, il céda en 1995 la baguette à Bernard Da Palma, qui assurera la direction jusqu’en 2013.

Depuis 1985, les répétitions se tiennent au Conservatoire, dans la salle Paul-Durand, célèbre pianiste et compositeur d’origine sétoise.

D’après les archives de l’Harmonie de Sète et un article inédit de Catherine Lopez-Dréau.

Affiche du 120e anniversaire de l’Harmonie de Sète

Suite →